Recherche personnalisée
Notre flux RSS
 
 

 

 

« Les jeux vidéo sèment-ils la violence ? »

C’est ce que se demande Catherine Petitnicolas dans Le Figaro.
La journaliste indique que « la question a été abordée aux Entretiens de Bichat alors que les psychiatres sont de plus en plus souvent confrontés à des jeunes en proie à des comportements délictueux ».
Catherine Petitnicolas observe qu’« entre les pessimistes convaincus du danger des jeux sur le psychisme des jeunes et les sceptiques pensant au contraire qu'aucun lien fiable ne vient étayer un tel point de vue, il est encore difficile de répondre ».
La journaliste cite le Dr Stéphane Mouchabac, psychiatre à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, qui a fait un état des lieux des travaux effectués et a remarqué : « Une chose est sûre, ces études aussi rigoureuses soient-elles, peinent à suivre la vitesse vertigineuse avec laquelle ces programmes évoluent dans le sens d'une banalisation accrue de scènes de violence ».
Catherine Petitnicolas relève qu’« une vaste analyse menée aux États-Unis par Anderson sur 4 262 enfants a mis en évidence sans conteste des effets négatifs survenant juste après. Sentiments hostiles, anxiété, intolérance à la frustration, et ce quels que soient l'âge, le sexe et le type d'étude. De même, les comportements agressifs physiques et verbaux sont plus fréquents ».
« À plus long terme, Anderson estime que certains sujets deviennent agressifs, perçoivent le monde de manière plus effrayante (c'est la théorie du monde hostile) et éprouvent moins d'empathie vis-à-vis d'autrui. Mais chez d'autres, ces jeux canaliseront leurs pulsions négatives », continue la journaliste.
Catherine Petitnicolas précise cependant que « ce n'est pas pour autant que [ces jeunes] passeront à l'acte et commettront des actes délictueux par la suite ».
Le Dr Marie-France Le Heuzey, pédopsychiatre à l'hôpital Robert-Debré à Paris, déclare pour sa part que « ce sont les enfants qui ont déjà des problèmes aigus d'agressivité qui risquent d'être le plus affectés par ce phénomène omniprésent [de la violence] dans les médias ».

Source:Le Figaro

 

 
 

Nous contacter Info légale publicité

© 2007-2013 by cabinet de psychologie clinique-tous droits réservés

Searchmedica.fr
[Valid RSS]